Mme B. – Films pour vitrages – Hérault (34) : La norme a tué mon entreprise

Je dirige depuis 14 ans une entreprise spécialisée dans la pose de films sur les vitres automobiles et habitation. La pose de films sur vitrages automobile représente 42% de notre chiffre d’affaires. Déjà malmenée par l’apparition des auto entrepreneurs et la conjoncture économique, notre secteur d’activité s’est vu asséner le coup de grâce par la modification de la réglementation applicable. Il s’agit d’une mort lente, faite d’un mélange d’informations partielles et d’effets d’annonce qui ont asséché la clientèle.

  • En novembre 2015, la télévision a largement diffusé la prochaine interdiction des vitres « teintées » (ou fumées) sur les deux vitres avant des véhicules,  selon les journalistes prévue pour le 1er janvier 2016…à partir de ces annonces, le frein sur les ventes s’est amorcé
  • En janvier la loi n’a pas été publiée… nous continuions alors à teinter des véhicules timidement. Les clients commandaient la prestation des vitres teintées de façon fébrile.
  • Mi-avril la loi a été publiée pour une application au 1er janvier 2017, les ventes ont alors chuté
  • Aujourd’hui, il ne se passe quasiment plus rien dans notre activité film automobile Plus l’on s’approche de la date d’entrée en application de la loi, plus les ventes deviennent inexistantes.

Je comprends parfaitement les raisons pour lesquelles les pouvoirs publics ont décidé d’interdire la pose de films qui empêchent de distinguer le visage du conducteur dans les véhicules. Je suis à 100% d’accord avec ça. Mais l’éventail des teintes possibles va de totalement opaque à totalement transparent. Le seul film que nous pourrons appliquer est un film quasiment transparent. Ce dernier permet le rejet des UV, un peu de la chaleur, mais ne répond pas au rejet de la luminosité. L’argument esthétique était une motivation d’achat aussi importante que le rejet de la chaleur ou celui des UV – voire principale –  mais un film transparent ne confère aucun esthétisme donc pas de déclenchement d’achat. Ce film n’intéresse pas les clients, leur réaction systématique est la suivante :«ça ne sert à rien de poser ce film transparent ».  Le plus désastreux c’est que les clients ne pouvant pas appliquer un film teinté sur les vitres avant, s’abstiennent de teinter l’arrière…

Dans des conditions à peu près normales, il est difficile de faire fonctionner une petite société avec 100 % de son CA alors cela devient compliqué lorsqu’il n’en reste que 58 % …

L’état nous empêche de travailler, nous prive de nos principales recettes. Malgré nos autres activités, une fin de nos 14 ans d’entreprenariat est fort probable.

L’Etat nous tue.

De cette situation professionnelle délicate en découlera de probables soucis personnels. Nous considérons être victimes d’un préjudice professionnel pour la réparation duquel l’Etat ne propose aucune compensation. Toute discussion est bloquée, alors que notre profession propose une alternative de teinte parfaitement crédible susceptible de répondre aux critères des forces de l’ordre et à celles des clients.